oakley sunglasses sonnenbrillen oakley sunglasses cheap tiffany uk pandora jewelry cheap beats studio cheap beats solo beats beats wireless prada online shop
Header image  
Diocèse de Sion
 
line decor
   Deutsch  
Diocèse de Sion
 
line decor
  
  spacer01Armoiries2
 

 
 
CATHÉDRALE

Bref historique

Il n'y a pas d'étude archéologique complète de la Cathédrale de Notre-Dame de Sion ou Notre-Dame du Glarier. On peut néanmoins décrire les principales étapes de cette Cathédrale comme suit :

Cathe-Ext3

Clocher de la Cathédrale

  • VIIIe - IXe siècle, église carolingienne
  • 1010, incendie
  • XIe siècle, cathédrale romane (va demeurer en fonction avec quelques transformations jusqu'au XVe siècle)
  • Fin XIIe ou début XIIIe siècle, construction du clocher-porche (premiers étages) et travaux divers
  • 1403, incendie accidentel du clocher ce qui entraîne un peu plus tard l'adjonction du dernier étage et plus tard encore, de la flèche en briques (suivent plusieurs incendies en raison de guerres et de pillages)
  • 2e moitié du XVe siècle, début du XVIe siècle, construction de la Cathédrale gothique (suivie de plusieurs restaurations au cours des siècles, mais rien d'essentiel n'a été changé)
  • 1947 - 1948, agrandissement du choeur de deux travées en direction de l'est et création de la chapelle de Saint-André en prolongement du transept nord.
  • 1986, dernière restauration.

On ne sait pas où se trouvait la Cathédrale avant le VIIIe siècle. On sait seulement que le transfert du siège épiscopal d'Octodure (Martigny) à Sion a eu lieu à la fin du Ve siècle.

Clocher

"Vers la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, on bâtit devant la façade occidentale de cette église, le puissant clocher-porche que l'on voit encore aujourd'hui. L'étage supérieur et la flèche (en briques) sont plus tardifs (vers le milieu du XVe siècle?). [...] Le deuxième étage est aveugle. À son sommet règne la bande d'arcatures lombardes qui marque sur les quatre faces du clocher, le passage du socle aux étages supérieurs ajourés." (Antoine Lugon, Véronique Ribordy Évéquoz, La Cathédrale Notre-Dame de Sion, Sion, 1995, p. 13.)

Cathe-Ext1

"Le clocher roman accentue la verticalité de la façade occidentale. L'utilisation d'une tour frontale est une idée répandue aux alentours de l'an mille. On retrouve ce type de clocher par exemple à l'église des Saints-Apôtres à Cologne, à Saint-Germain-des-Prés de Paris ou à Saint-Martin d'Ainay à Lyon. En Valais, au XIe, l'abbaye de Saint-Maurice posséda également le sien." (Antoine Lugon, Véronique Ribordy Évéquoz, La Cathédrale Notre-Dame de Sion, Sion, 1995, p. 27.)

Portique

 
portique
"À Sion, le premier niveau du clocher est percé d'un portail en plein cintre, contenant un tympan au décor peint et non sculpté, ce qui caractérise dans les Alpes les édifices romans aux fortes influences “lombardes“. La Vierge à l'Enfant sur un fond rouge entourée de deux évêques et des donateurs agenouillés sur fond bleu force la comparaison avec le décor du tympan de l'église Saint-Blaise à Bellinzone-Ravecchia (seconde moitié du XIVe siècle).
Peint à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle, le tympan de Sion rappelle par le style, la composition tripartite et l'aspect de la Vierge à l'Enfant, les réalisations du trecento italien." (Antoine Lugon, Véronique Ribordy Évéquoz, La Cathédrale Notre-Dame de Sion, Sion, 1995, p. 27.)
iconeNDS
fresque

Triptyque de l'arbre de Jessé

On ignore la provenance exacte du triptyque de l'arbre de Jessé (ou "radix Jesse"). D'aucuns disent qu'il s'agit d'une commande du cardinal Mathieu Schiner (XVIe siècle). Les figures en haut-relief du buffet central sont de la fin du XVe siècle. En 1619, Ulrich Hartmann, peintre lucernois connu du Chapitre, peint les volets et retouche les figures du centre. La prédelle (caisson inférieur) reste à l'état naturel (ni doré, ni peint) jusqu'en 1947. Ce triptyque est resté longtemps à Valère. "En 1947, l'évêque de Sion, Victor Bieler, décide d'utiliser le noyau gothique de ce triptyque pour sa cathédrale restructurée. De nouveaux volets sont montés sur la base de divers bas-reliefs prélevés dans le Musée de Valère. Le Saint Théodule, ainsi que peut-être la Trinité de Sainte-Anne, proviennent d'un retable de Wileren, dans le Haut-Valais, de la seconde moitié du XVe siècle. Ces reliefs anciens, associés à d'autres éléments sculptés pour l'occasion, sont remontés sous la direction de Julius Salzgeber (1893-1953), professeur de dessin au collège de Brigue et peintre religieux.

retable1

Tout le triptyque est ensuite repeint et doré, comme presque tous les objets laissé dans la cathédrale lors des travaux de 1947." (Antoine Lugon, Véronique Ribordy Évéquoz, La Cathédrale Notre-Dame de Sion, Sion, 1995, p. 46.)

"Du flanc de Jessé endormi jaillit le cep et la vigne chargée de quatre grappes de raisin bleutées. Les tiges se glissent derrière les statues du buffet et se terminent par des bustes des ancêtres du Christ tenant des phylactères. la Vierge debout sur un croissant de lune, enveloppée des rayons du soleil, est entourée de la Trinité de Sainte-Anne, de sainte Catherine, de saint Jean et de saint Roch, guéri de son 'bubon pesteux' par un ange qui en presse le pus entre ses doigts. Quatre grandes figures." (Antoine Lugon, Véronique Ribordy Évéquoz, La Cathédrale Notre-Dame de Sion, Sion, 1995, pp. 43-44.)

voletG
Sur le panneau de gauche, nous trouvons, en haut, le thème de l'Annonciation (Visite de l'Ange Gabriel à Marie). Au-dessous, à gauche, nous reconnaissons sainte Marie-Madeleine avec son pot à onguents, sainte Anne (mère de Marie), avec Jésus et Marie enfants dans ses bras;
voletD
on parle aussi dans ce cas de Trinité sainte Anne. Sur le panneau de droite, nous avons, en haut, le thème de la Nativité (Jésus bébé, Marie à genoux et saint Joseph, debout).Au-dessous, nous trouvons, à gauche, saint Théodule, évêque d'Octodure, patron du diocèse de Sion, et à droite, sainte Barbe. Les anciens volets se trouvent à la Chapelle Sainte-Barbe à la Cathédrale.

Mais encore...

Bien sûr, il y a encore beaucoup d'autres trésors à découvrir. Le tombeau de l'évêque André de Gualdo (1418-1437), le grand crucifix au-dessus de l'arc d'entrée de la chapelle Sainte-Barbe, les chapelles, les vitraux, etc. Peut-être découvrirez-vous tout cela lors d'une prochaine visite "in situ". N'oubliez pas non plus de visiter le Musée de l'évêché - Trésor de la Cathédrale !

[Haut de page]